Règlementation Pétrole, Gaz, Mines : le Cajust regrette un manque d’informations

Citoyens actifs pour la justice sociale (Cajust), en collaboration avec l’Ong Oxfam, forme ses jeunes sur le cadre réglementaire qui encadre les ressources naturelles et minières du Sénégal. Ce, pour qu’ils puissent devenir l’interface entre l’Etat et les populations.

« Nous sommes dans le cadre d’un projet de mobilisation citoyenne entrant dans le cadre de la gouvernance. Et cet atelier est une session de renforcement de capacités des jeunes de notre mouvement pour qu’ils puissent disposer des éléments nécessaires allant dans le sens de détenir la bonne information avant de nous constituer en interface entre les gouvernants et les gouvernés sur le débat des ressources naturelles qui suscite beaucoup d’émotions.

Et pour ce faire, nous devons maîtriser certains mécanismes pour mieux connaître la réglementation du secteur », a indiqué Abdou Rahman Sow, Coordonnateur du Cajust. Selon lui, c’est un travail de sensibilisation sur les enjeux sécuritaires, économiques, de développement et surtout par rapport aux opportunités que cela peut susciter pour les populations. S’agissant de la polémique autour de la négociation des contrats des ressources naturelles, Abdou Rahman de s’offusquer: « Nous sommes désolé de dire qu’on manque de certaines informations pour pouvoir évaluer. C’est vrai qu’il y a un débat qui a été suscité et c’est l’objet même de cette formation. C’est-à-dire connaître la réglementation avant de juger de la pertinence de certaines décisions et même par rapport à la signature de certains contrats », dit-il. Il ajoute:

« Nous sommes dépositaires de ces ressources. Nous sommes en droit d’exiger la bonne information et d’être impliqués dans la procédure pour rassurer les populations des bonnes ou mauvaises décisions de nos gouvernants. Et s’il n’y a pas transparence, les gouvernants sont interpellés pour qu’on nous associe pour l’apaisement de la population. »