Vous êtes ici

Migrateurs sans frontières

Qu’ils soient échassiers ou oiseaux marins ils sont pour la plupart de grands migrateurs qui partagent leur existence entre l’Afrique et l’Europe. Notre littoral, de la Mauritanie à la Sierra Leone en passant par le Cabo Verde, accueille une grande partie de ces voyageurs sans passeports.

Les échassiers migrateurs

Les petits échassiers peuplent nos rivages entre septembre et avril, se nourrissant à marée basse de vers, de crabes, de petits poissons ou de coquillages. Vers le mois de mars, ils se préparent à partir vers l’Europe et la Sibérie pour aller y faire leur nid. En vue de ce voyage de 6 à 8 000 km, ils passent un temps considérable à s’alimenter de jour comme de nuit pour accumuler près de la moitié du poids de leur corps en graisse, leur principal carburant. Certaines espèces rejoindront l’Europe en une seul étape, tandis que d’autres auront besoin de refaire le plein de carburant à plusieurs reprises au cours du voyage. Le record de distance d’une seule traite est détenu par une Barge rousse qui a ainsi parcouru 11 680 km en 8 jours d’affilée. Arrivés dans les contrées nordiques ils auront à peine deux mois pour se reproduire. A partir du mois d’aout, les nuits s’allongent, le froid fait son apparition et les proies dont ils se nourrissent se font rares. Ils repartent alors vers le sud pour le voyage inverse et nous les voyons arriver, généralement épuisés, vers le mois d’octobre.

Les oiseaux marins

Les pays du PRCM sont aussi très fréquentés par les oiseaux marins au cours de leur migration ou de leur reproduction. Certains, comme la sterne arctique, ne font que passer au cours d’un voyage de 80 000 km aller et retour entre l’arctique et l’antarctique, voyage qu’elles feront tous les ans durant leur 20 années d’existence. D’autres s’installent en colonies sur les îles de nos côtes pour y faire leur nid loin des prédateurs : sternes, flamants roses, pélicans, hérons et aigrettes, cormorans,  ce sont en général des oiseaux qui se nourrissent de poissons. Ces espèces font également des migrations après l’envol des jeunes, comme les puffins du Cap Vert qui se dispersent près des côtes sénégalaises mais aussi jusque sur les côtes de l’Amérique du sud.

Mais quelle est donc leur utilité ?

Toutes ces espèces jouent un rôle important dans le fonctionnement écologique de la zone côtière et marine et sont de bons indicateurs de la santé de notre environnement. Sur le plan strictement économique leur valeur est liée principalement au tourisme de nature. Cette activité, qui attire des visiteurs de plus en plus nombreux au Sénégal ou en Gambie, prend de grandes proportions dans les pays du nord. Une étude réalisée en 2011 aux Etats Unis sur le tourisme ornithologique chiffre par exemple une valeur économique annuelle estimée à 41 milliards de USD

Une responsabilité partagée

Tous ces oiseaux d’eau migrateurs appartiennent à l’ensemble des pays qui constituent leur aire de distribution et qui doivent donc partager la responsabilité de leur conservation. Cela doit donc nous encourager à travailler en concertation dans le cadre de partenariats tels que le PRCM. Les conventions internationales, comme la Convention de Ramsar sur les zones humides ou l'Accord sur la conservation des oiseaux d'eau migrateurs Afrique-Eurasie (AEWA), sont aussi des forums où l’on peut inciter les pays européens à appuyer les efforts des pays africains pour la conservation des oiseaux migrateurs qui représentent un patrimoine commun, un lien vivant entre le nord et le sud.

 

Que font les partenaires du PRCM ?

Projet Alcyon : Protéger les zones du large essentielles aux oiseaux marins

http://www.lafiba.org/index.php/fr/nos_programmes/protection_et_gestion_des_ressources/projet_alcyon

Projet Flamants : conservation des espèces et des habitats des populations de flamants dans les Aires Marines Protégées de la sous-région

http://www.lafiba.org/index.php/fr/nos_programmes/protection_et_gestion_des_ressources/projet_flamants

Protection des Puffins du Cap Vert : collaboration ONG - pêcheurs pour stopper la consommation humaine des poussins de Puffins

https://www.inforpress.publ.cv/ambiente-mlt/106648-sao-vicente-biosfera-i-ja-tem-plano-de-accao-para-a-cagarra-que-vai-socializar-em-todo-o-pais

Recensement international des oiseaux d’eau :

http://africa.wetlands.org/Whatwedo/Biodiversityconservation/Migratorywaterbirds/AfricanEurasianWaterbirdCensus/tabid/2963/language/fr-FR/Default.aspx

Etude et protection des oiseaux d’eau et Perroquet de Timney dans l’archipel des Bijagós

https://sites.google.com/site/projectopnmjvp/

Projet de conservation des oiseaux migrateurs : examen scientifique des oiseaux migrateurs et de leurs principaux sites et habitats en Afrique de l’ouest

http://www.birdlife.org/sites/default/files/attachments/CMB%20Scientifc%20Review%20merged%20French.pdf

La majorité des sites importants vis-à-vis des oiseaux d’eau migrateurs sont protégés au sein du Réseau régional des Aires Marines Protégées en Afrique de l’Ouest

http://rampao.org

 

légendes

Vol de Barges rousses (Photo Hellio & Van Ingen) : cette espèce détient le record de distance en une seule traite, soit 11680 km

2.      Vols de petits échassiers (Photo Hellio & Van Ingen) 

3.      Colonie de Sternes royales au Banc d’Arguin (photo Campredon)