Le PRCM à la croisée des chemins

Le Partenariat Régional pour la Conservation de la zone côtière et Marine en Afrique de l’Ouest – PRCM-  lancé en 2003, vient de clore sa troisième phase programmatique (2012-2017) ayant abouti à la mise en place d’un Partenariat de 80 membres nationaux et internationaux engagés face aux défis communs de la conservation du littoral ouest africain.

En atteste, à titre d’exemple, son implication active dans la conception et la mise en œuvre d’une initiative mondiale sur la transparence dans le domaine de la Pêche (FiTI) ou encore l’adoption par les États-parties de la convention d’Abidjan de plusieurs protocoles additionnels portant sur la mangrove et sur les normes et standards environnementaux dans le domaine des activités pétrolières et gazières offshore.

La mobilisation de près de 260 participants lors de la 9° édition du Forum côtier et marin tenu à Conakry en 2107 témoigne aussi de la crédibilité du Partenariat et de la place qu’occupe ce Forum dans l’agenda régional de concertation sur les problématiques marines et côtières en Afrique de l’Ouest.

Ces résultats sont venus conforter les acquis des deux phases précédentes plus orientées vers l’action sur le terrain parmi lesquels :

  • La création de réseaux régionaux de collaboration et de concertation tel que le Réseau des Aires Marines Protégées en Afrique de l’Ouest - RAMPAO, ou encore le Réseau des Parlementaires et Elus locaux pour l’environnement -APPEL, ainsi que  le renforcement d’autres réseaux régionaux (COAPA, REPAO, etc.) ;
  • Le renforcement des capacités individuelles et institutionnelles des acteurs à travers la formation et les appuis financiers et techniques aux institutions de la sous région ;
  • L’appui à la création de plus d’une douzaine d’Aires Marines Protégées (AMP) dont une AMP transfrontalière et des AMPs communautaires ;
  • L’Amélioration du statut de conservation de plusieurs espèces emblématiques telles que le lamantin, les raies et requins ou les tortues marines ;
  • L’accroissement des financements pour la conservation marine et côtière dans la sous région ;
  • L’amélioration de la visibilité de plusieurs pays et organisations membres au plan international.

Ces résultats significatifs n’auraient pu être atteints si le PRCM n’avait pas bénéficié, en plus de l’engagement des acteurs nationaux sur le terrain, de deux soutiens essentiels à savoir :

  • la mobilisation en son sein de cinq organisations internationales actives qui sont à la base de sa création : Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), le Fonds Mondial pour la Nature (WWF), Wetlands International (WI), la Fondation Internationale du Banc d’Arguin (FIBA) et la Commission Sous-Régionale des Pêches (CSRP).
  • l’accompagnement renouvelé et conséquent d’un bailleur privé (la Fondation MAVA pour la Nature) et d’un bailleur institutionnel (la Coopération des Pays-Bas) en plus d’un appui de la Coopération Espagnole lors de la seconde phase.

Aujourd’hui, le PRCM a décidé de se doter d’un statut juridique et de s’engager dans un processus d’autonomisation afin de pérenniser les acquis et renforcer les chances de diversification de ses sources de financement.

Le changement est en marche ! La stratégie de fundraising commence à porter ses fruits. Les démarches de création de l’association PRCM sont en cours et les partenariats techniques se mettent en place : l’optimisme est donc permis.

Mais ceci n’occulte en rien les risques qui pèsent sur le PRCM si la phase de transition actuelle n’est pas gérée d’une manière réfléchie et concertée. Les défis à relever pour la mobilisation des ressources au bénéfice du PRCM sont importants. Il a déjà l’assurance de pouvoir compter sur un accompagnement de son bailleur actuel (la MAVA) et d’un soutien de ses membres fondateurs. Pour continuer à être utile à ses partenaires, le futur PRCM devra à tout prix se focaliser sur sa niche d’intervention et démontrer la valeur ajoutée qui se trouve à la base de sa création. En cela, il doit œuvrer à valoriser l’expertise de ses membres et à mobiliser les réseaux thématiques qu’il a contribué à créer.

Bon vent au nouveau PRCM !

Ahmed Senhoury, Directeur de l’UMC du PRCM

Dakar, le 15 avril 2018