L’Afrique de l’Ouest se mobilise pour une gestion transparente et inclusive des pêches

L’Afrique de l’Ouest s’affiche en leader de la bonne gouvernance des pêches avec un plan d’action régional visant à mettre en œuvre l’Initiative pour la Transparence dans le Secteur de la Pêche (FiTI) dans la sous-région. La Guinée et la Mauritanie montrent la voie.

 

Conakry – 3 juillet 2018. Sur l’initiative du Partenariat Régional Côtier et Marin en Afrique de l’Ouest (PRCM) et accueillis par la Guinée, l’un des premiers pays engagés dans l’Initiative pour la Transparence dans le Secteur de la Pêche (FiTI), les acteurs du secteur pêche en Afrique de l’Ouest se sont réunis pour faire avancer ensemble une pêche transparente et inclusive, conditions jugées indispensables à une gestion durable d’un secteur vital pour les populations de la sous-région.

« Pour garantir la pérennité de nos ressources halieutiques, fruit d'une bonne gouvernance du secteur fondée sur des principes de transparence et de participation, des principes devenus aujourd’hui notre priorité, la République de Guinée s’est engagée, depuis 2016, dans la mise en œuvre de la FiTI. Notre souhait est que la Guinée soit pionnière en matière de transparence dans le secteur », a déclaré le Ministre de la Pêche Aquaculture et de l’Economie Maritime de la République de Guinée, S.E. Frédéric Loua. « Nous encourageons les autres pays de la sous-région à prendre eux aussi un tel engagement pour la durabilité de nos ressources chevauchantes et migratoires »

Dans un contexte où les pays du littoral ouest-africain sont souvent confrontés aux mêmes défis, une adhésion de tous ces pays aux principes de transparence permettrait de gérer ces problématiques de manière collective, par exemple en facilitant la lutte contre la pêche Illicite, Non-Déclarée et Non-Réglementée (INN). Une plus grande transparence au niveau sous-régional permettrait également une meilleure gestion des stocks partagés, notamment des petits pélagiques qui représentent à eux seuls 77% des captures de la sous-région et sont indispensables à la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

« Rendre la gestion de la pêche plus transparente et plus inclusive dans l’ensemble de la région peut être la clef pour lutter collectivement contre ces défis », a déclaré Prof. Peter Eigen, Président du Conseil d’Administration Internationale de la FiTI.

Selon les représentants présents issus de gouvernements, des professionnels et de la société civile de Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Mauritanie, Sénégal et du Sierra Leone, ce besoin d’action collective commence au niveau national. Il commence avec un besoin de collaboration accrue entre les différents acteurs du secteur pour stimuler une demande active de redevabilité et alimenter les débats publics sur la manière dont le secteur est géré.

Pour ces acteurs, la FiTI, qui fournit une plateforme propice au dialogue et au renforcement de la confiance entre les acteurs, apparaît comme un outil stratégique pour appuyer les efforts visant à atteindre une pêche durable qui bénéficie à tous de par le monde.

« C’est une fierté que la FiTI ait été lancée en Afrique de l’Ouest », a déclaré Ahmed Senhoury, Directeur du Partenariat Régional pour la Conservation de la zone côtière et marine de l'Afrique de l'Ouest (PRCM). « C’est notre responsabilité de porter cette initiative au plus haut niveau ».

C’est dans cet esprit que les participants à l’atelier ont exhorté dans une déclaration les pays de la sous-région à poursuivre leurs efforts pour mettre en œuvre la FiTI, montrant ainsi leur volonté d’assumer le rôle de porte-paroles de l’initiative au niveau international.

 

Note aux Editeurs :

  • Le Partenariat Régional pour la Conservation de la zone côtière et marine de l'Afrique de l'Ouest (PRCM), organisateur de l’atelier, est une coalition de plus de 100 acteurs travaillant sur les problématiques de conservation du littoral ouest africain et la gestion durable des ressources. Le PRCM a été créé en 2003 et intervient dans sept pays d’Afrique de l’ouest : Cabo Verde, Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Mauritanie, Sénégal et Sierra Leone.  Site web : www.prcmarine.org

  • Depuis 2015, l’Initiative pour la Transparence dans le Secteur de la Pêche (Fisheries Transparency Initiative – FiTI) a été développée pour complémenter et soutenir les efforts existants visant à renforcer la gouvernance des pêches. La FiTI est une initiative multipartite internationale, qui cherche à accroître la transparence et la participation dans la gestion des pêches maritimes pour une gestion plus durable et plus responsable du secteur. Site web : www.fisheriestransparency.org

  • Depuis 2016, des pays d’Afrique de l’Ouest (Guinée, Mauritanie, Sénégal, Nigéria) ont, au plus haut niveau, montré leur engagement à la FiTI et débuté le processus d’adhésion à l’initiative aux côtés des Seychelles et de l’Indonésie.

  • La Fondation MAVA, dans le cadre de sa stratégie de gestion durable des stocks et sites critiques des petits pélagiques, soutient les initiatives du PRCM en matière de plaidoyer et d’appui à la transparence des accords de pêche et d’application de la réglementation dans la pêche. Site web : www.mava-foundation.org

Les documents relatifs au processus de transparence et les conclusions de l’atelier peuvent être téléchargés sur www.prcmarine.org  et sur www.fisheriestransparency.org.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Jean Auguste Barthélémy BATIENO (PRCM) via barthelemy.batieno@iucn.org ou Andréa Durighello (FiTI) via adurighello@governance-platform.org