Journée mondiale de l'océan-Cabo Verde: discours de M. Ahmed Senhoury, Directeur Exécutif du PRCM

Discours de M. Ahmed Senhoury, Directeur Exécutif du PRCM, A l’occasion de la Cérémonie de Célébration de la journée Mondiales des Océans organisée à la présidence de la République du Cabo Verde

Praia, le 8 juin 2019

Monsieur le Président de la République,

Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique,

Mesdames et Messieurs les représentants des partenaires techniques et financiers,

Honorables Invités,

Mesdames et Messieurs,

 

C’est pour moi un grand honneur de prendre la parole au nom du Partenariat Régional pour la Conservation de la zone Côtière et Marine en Afrique de l’Ouest (PRCM) pour m’adresser à votre auguste assemblé à l’occasion de la célébration de la journée mondiale des Océans.

Comme vous le savez, l'importance des océans et de leurs ressources pour l’humanité et notamment pour nos pays africains n’est plus à démontrer. Ils recèlent des ressources vitales pour les communautés côtières et offrent des services écosystémiques majeurs :

  • Véritables poumons de notre planète, les océans produisent 50% de l’oxygène que nous respirons ;
  • Ils sont des formidables régulateurs du climat en confinant 93 % de la chaleur et en captent le 1/3 de nos émissions de CO2 luttant ainsi naturellement contre le changement climatique ;
  • Avec plus de 90 millions de tonnes de poissons pêchés chaque année, les produits de la mer représentent au moins 15% des apports en protéines, pour plus de 7 milliards de personnes.

Mais les Océans et leurs zones côtières adjacentes sont aussi fragiles et menacés. Ils font l’objet d’une exploitation effrénée de leurs ressources et d’une artificialisation de plus en plus grande.

  • 85% des stocks commerciaux sont pleinement exploités, surexploités ou menacés et 90% des grands prédateurs ont disparu ;
  • 80% des eaux usées dans le monde sont rejetées à la mer sans traitement ;
  • En 2010, entre 5 et 12 millions de tonnes de plastique occupent de grands espaces dans nos océans ;
  • A cela s’ajoute l’élévation des températures des eaux, l’acidification des océans, la fonte des glaciers, l’élévation du niveau de la mer (1 à 2 m d’ici 2100) ;
  • etc.

Dans ce contexte, la célébration de la journée mondiale des océans aujourd’hui sous le thème « Océan sans plastique » revêt une importance particulière pour nos pays et particulièrement pour le Cabo Verde. En effet, nos zones marines et celle de votre pays en particulier font face à de multiples défis liés à la pollution plastique. Cette pollution dans les mers est devenue l'une des préoccupations environnementales les plus pressantes au monde. Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) a souligné que plus de 46 000 morceaux de déchets plastiques flottaient sur chaque kilomètre carré d'océan. Au niveau mondial, les meilleures estimations estiment qu'environ 80% des plastiques de l'océan proviennent de sources terrestres et les 20% restants de sources marines.

Que ce soit en raison d'une mauvaise gestion des déchets ou de pertes accidentelles, les déchets plastiques tuent chaque année jusqu'à 1 million d'oiseaux de mer, 100 000 mammifères marins et d'innombrables poissons. A cela s’ajoute le fait que les matières plastiques se décomposent en particules si fines que les poissons ne les voient plus et les ingèrent en ce nourrissant ce qui fait que nous, les hommes, consommons désormais du plastique quand nous mangeons du poisson. 

Face à ces défis, votre pays a d’ores et déjà pris des mesures salutaires pour stopper ce fléau en adoptant une loi réglementant la fabrication, la commercialisation et l’utilisation des sachets plastiques, en lançant des campagnes de sensibilisation du public et en mettant en place des alternatives à la fabrication des sachets et autres emballages plastiques. Nous tenons à vous féliciter pour ces mesures pionnières dans la sous région.  Mais la réussite de vos efforts sont tributaires des efforts des pays voisins, d’où la nécessité d’engager d’une action concertée et d’une coopération régionale pour faire face à ce fléau dans la mesure où la pollution plastique en mer ne connait pas de frontière.

C’est ici l’occasion pour moi de plaider auprès de votre Excellence Monsieur le Président pour que le Cabo Verde ratifie la convention d’Abidjan qui constitue un cadre de coopération idéal pour la protection des zones marines et côtière de l’ensemble des pays de la façade atlantique de l’Afrique.

Monsieur le Président,

Les observateurs et acteurs de la conservation se demandent souvent comment se fait il que le Cabo Verde, qui est un modèle dans le domaine de la bonne gouvernance (y compris la gouvernance environnementale), est le seul pays de la sous région à ne pas ratifier cette convention et fait partie des rares pays (2 ou 3) qui n’ont pas ratifié cette convention sur 22 pays concernés. Cette interrogation se pose aujourd’hui avec acuité dans la mesure où le Cabo Verde se trouve géographiquement proche de plusieurs sites où se développent des activités pétrolières et gazières offshore dans les pays voisins. Je tiens donc à exprimer, à mon nom et au nom de l’ensemble des acteurs de conservation de la sous région, notre souhait de voir le processus de ratification de cette convention aboutir surtout qu’il est normalement à sa phase finale et qu’à ma connaissance le parlement s’y est déjà prononcé depuis plusieurs années. Cette convention ouvrira l’accès pour le Cabo à une coopération régionale et à un accès à un ensemble d’instruments utiles pour faire face à d’éventuelles pollutions accidentelles qu’il ne sera pas en mesure d’en faire face tout seul.

Je ne saurai terminer mon propos sans adresser mes sincères remerciements aux acteurs gouvernementaux, privés et de la société civile avec lesquels nous collaborons pour la mise en œuvre de projets de conservation de la zone côtière et marine du Cabo Verde. Mes remerciements vont particulièrement à la Fondation MAVA pour nous avoir accompagné financièrement dans nos interventions dans votre pays et dans la sous région et pour l’ONG ADAD qui s’est fortement mobilisée pour la célébration de cette journée.

Je vous remercie