Focus sur la Pêche Illégale, Non déclarée et Non règlementée (INN) ( 2éme partie )

Conséquences de la pêche illégale

En labourant les fonds près des côtes avec leurs engins de pêche, les chalutiers détruisent l’habitat des poissons et les rendent peu à peu stériles. Les pêcheurs artisans voient ainsi leurs prises diminuer de manière catastrophique. La situation de pauvreté de ces pêcheurs mais aussi de tous les acteurs liés à la pêche artisanale, telles que les femmes transformatrices ou commerçantes qui représentent près des 2/3 des emplois, est donc considérablement aggravée par la pêche industrielle illégale. Imaginez la colère de ces communautés côtières qui observent, impuissantes, des chalutiers piller leur poisson sous leurs yeux, à quelques encablures des côtes ! La présence de chalutiers dans la zone artisanale provoque des collisions avec les pirogues qui entrainent régulièrement la disparition de pêcheurs

. On déplore aussi souvent des dégâts causés aux engins de pêche des petits pêcheurs. La chute des captures artisanales, conjuguée avec le non-débarquement à terre des prises illégales, accroissent la vulnérabilité des populations sur le plan de la sécurité alimentaire, une situation dangereuse quand on sait la dépendance des populations africaines par rapport au poisson, principale source de protéines. Le débarquement dans un port du pays est source de revenus et d’emplois : manutention, stockage, taxes diverses, etc. Lorsque les navires industriels transbordent leurs captures en pleine mer cela représente par conséquent un manque à gagner considérable et un accroissement du chômage. On estime que le montant qu’un Etat peut exiger d’un navire industriel correspond en moyenne à 10% de la valeur des captures. Sachant qu’un bateau-mère peut transporter une valeur en poisson de 7 ou 8 millions USD, on mesure les pertes représentées par la pêche illégale, évaluées à près d’un milliard USD par année pour la seule Afrique sub-saharienne.

La zone la plus affectée est l’Afrique de l’ouest avec une moyenne de 40% de captures illégales et, dans certains pays comme la Guinée ou la Guinée Bissau, les captures illégales outrepassant les captures légales. L’ensemble conjugué de ces conséquences a pour effet d’appauvrir un peu plus des pays parmi les plus pauvres et d’accroitre la vulnérabilité de leurs populations. A terme, cette situation d’injustice et de pauvreté se traduit par des tensions socio-politiques et un sentiment de révolte vis-à-vis des pays qui pratiquent ou qui tolèrent la pêche illégale. Il est difficile pour des pêcheurs locaux de trouver des moyens d’existence alternatifs et nombre d’entre eux entrevoient la migration illégale vers l’Europe comme l’ultime solution à leur désarroi.

Vous aurez la suite de ce focus dans notre prochaine publication