Vous êtes ici

Actualités

Formation de guides à la Maison d’accueil communautaire (Parc national d’Orango)

En date du 2 mars 2017 le Conseil des Ministres vient d’approuver par Décret la « Stratégie nationale pour le développement de l’écotourisme en Guinée-Bissau ». L’élaboration de la stratégie s’inscrit dans le cadre d’un partenariat regroupant le Ministère du Tourisme et de l’Artisanat (MTA), le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable à travers l’Institut de la Biodiversité et des Aires Protégées (IBAP) et l’Agence d’évaluation environnementale compétente (AAAC), avec l’assistance technique du Bureau de l’UICN à Bissau.

Les membres du Comité Régional de Pilotage du PRCM se sont réunis en janvier à Dakar. La réorganisation institutionnelle ainsi que le statut juridique du Partenariat ont été au menu des échanges.

Il a été ainsi décidé de circonscrire la niche du PRCM à 3 missions essentielles :

Le Gouvernement de la Guinée-Bissau a procédé à la classification de nouvelles Aires Protégées notamment le Complexe Dulombi-Boe-Tchétché, composé de deux parcs nationaux et trois corridors écologiques. Jusqu’à présent le pays avait accordé la priorité de ses investissements en matière de conservation, à la création d’aires protégées sur la zone côtière et insulaire (archipel des Bijagós) qui couvraient près de 15% du territoire national. 

La Journée Mondiale des Zones Humides, organisée en Guinée-Bissau par le Cabinet de Planification Côtière en partenariat avec l’Institut de la Biodiversité et des Aires Protégées, l’Organisation de Défense des Zones Humides, l’ONG Monte-Ace et la Municipalité de Bissau a été l’occasion de célébrer la restauration d’une zone humide au cœur de la capitale, la lagoa de N’Batonha. Ce lac était utilisé jusqu’à présent comme une décharge publique où les habitants avaient coutume de jeter leurs ordures, avec tous les risques sanitaires que cela implique. 

L’ONG BiodiverCites en Mauritanie, membre du PRCM a mis en œuvre un projet de sensibilisation dénommé « Le climat chez Moi ». C’est une réplication de l’initiative menée par le « Collectif en Haut » dont la démarche se base sur une photographie participative qui allie des prises de vue aériennes et au sol. BiodiverCités a sélectionné 20 lycéens de Nouakchott qui ont tenté de révéler, à travers la photographie, leur perception des Changements Climatiques, leurs effets, leurs conséquences sur leur environnement ainsi que les mesures d’adaptation qui existent. 

La commercialisation et l’utilisation des sachets en plastique conventionnels au Cabo Verde sont désormais interdites par le biais de la Loi du 1er Janvier 2017. C’est l’apogée d’une lutte menée par l’Association pour la Défense de l’Environnement et pour le Développement (ADAD) dans le cadre du programme “Cabo Verde sans plastiques” en partenariat avec la MAVA et le PRCM. 

Le Partenariat régional pour la conservation de la zone côtière et marine en Afrique de l’ouest (PRCM) a institué un cadre régional de rencontre et d’échanges d’expériences des acteurs sur les problématiques de conservation et de gestion durable des ressources marines et côtières :

Le Forum Régional Côtier et Marin. La 9ème édition du forum se tiendra à Conakry, capitale de la République de Guinée du 23 au 27 octobre 2017 sous le thème «Investissons dans la résilience de la zone côtière pour un avenir prospère en Afrique de l’Ouest».

Du 4 au 17 décembre 2016 s’est tenue à Cancun (Mexique) la 13ième Conférence des Parties à la Convention sur la Diversité Biologique (COP13). Ce fut l’occasion pour les Pays d’échanger sur diverses questions liées à la conservation de la biodiversité et valider plusieurs recommandations portant sur des thématiques relatives à la biodiversité marine et côtière, la mobilisation des ressources, la biologie synthétique et le renforcement des capacités.

Il existe ainsi au Sénégal un corpus de législations, de règlements, de politiques, de stratégies qui concernent spécifiquement les espaces marins et côtiers. Mais leur nombre est si considérable, leur propos parfois si complexe, qu’il fallait bien un jour les regrouper de manière organisée.

 

En Novembre, l’ONG GREEN Sénégal en collaboration avec le PRCM a organisé un atelier au siège du Parc National des îles de la Madeleine (PNIM) à Dakar. La rencontre a réuni différents acteurs (Etat, élus nationaux et locaux, communautés, chercheurs, journalistes, secteur privé, etc.) pour réfléchir sur la mise en place d’un cadre de concertation multi-acteurs sur la problématique de la zone côtière et marine au Sénégal.

 

Pages